1948, les nouveaux pionniers

La guerre détruit tout par Patrick Delacroix

Malheureusement, tout ce travail ne servit à rien. Quand la guerre surgit, toutes les activités cynophiles ont cessé, les chiens furent perdus, les documents détruits, et la préoccupation du peuple Polonais était sa propre survie. Wanda Zoltowska a écrit dans son livre “Owczarki Nizinne z Milanowa”, les aventures de sa femelle Psyche. Psyche était restée à Varsovie avec Wanda lors du bombardement de 1944. Elle était toujours la première à prévenir les personnes de l’imminence d’une attaque aérienne, leur permettant ainsi de rejoindre les abris avant le début des bombardements. Grâce à elle, de nombreuses personnes survécurent pendant que leur appartement était complètement détruit par les bombes. Cette capacité à prévenir permit à Psyche de rester en vie, à une époque où, faute de mieux, les Polonais ne détestaient pas un repas à base de chat ou de chien !

C’est ainsi que Mme Zoltowska a survécu à la guerre avec deux de ses chiens. Par la suite, elle s’installa à Cracovie ou elle arrêta ses activités cynophiles

1948, les nouveaux pionniers

La personne qui a donné le plus pour la renaissance de la race est Madame Hryniewicz. Elle exerçait la profession de vétérinaire dans les territoires du bord de mer. Appelée un jour dans une ferme, elle y rencontra un fermier âgé qui possédait deux chiens : Kurta et Laska, d’un type qu’elle avait vu souvent avant la guerre dans la région de Poznan et Lwow. Elle se souvenait des qualités bergères de ces chiens et demanda au fermier de lui garder un chiot de la prochaine portée. Elle dut patienter plusieurs années, Laska vieillissante n’était plus très productive et le 22 Décembre 1949, elle donna naissance à un seul chiot, un mâle : Smok (le Dragon). Comme Mme Hryniewicz n’avait pas (encore) de projet bien défini pour la race, elle confia Smok à un fermier qui l’utilisa comme chien de conduite sur troupeaux.

Plusieurs année après, elle lut un article sur un chien de berger Polonais qui était bien connu avant la première guerre mondiale. D’après la photo qui illustrait cet article et d’après les commentaires, elle réalisa que c’était l’exacte description de Smok. Elle contacta les autorités cynophiles locales qui lui présentèrent Mme Kusinowicz (Elevage Babia Wies). Elle lui acheta deux chiots, Dukat et Diuna, et récupéra Smok chez elle en 1955. Par la suite elle acheta une jeune PON blanche et anoure, originaire de Cracovie. Son nom était Wiga, elle avait sûrement des liens avec les PON des élevages z Planty et z Milanowa. On pense qu’elle était de la lignée des deux PON de Mme Zoltowska, survivants à la guerre.